Menu

La Compagnie

Bobaïnko a pour mission la production et la diffusion de spectacles vivants. La chorégraphe Domitille Blanc travaille actuellement à la création de la prochaine production VIENS M’EMBRASSER qui sortira en janvier 2022.

Une compagnie nantaise

La Compagnie de danse Bobaïnko est implantée à Nantes depuis sa fondation.

C’est en 2005 qu’elle fait son apparition dans le paysage culturel Nantais avec la sortie de Ta Gueule Et Danse!, le premier épisode d’une Trilogie sur les femmes. Ces trios sont diffusés principalement dans le Grand Ouest en salle et en rue. Les trois danseuses Vanessa Morisson, Aurélie Burgeot et Domitille Blanc mènent des actions pédagogiques sur le territoire, depuis l’école du spectateurs mis en place par l’Onyx de Saint Herblain, aux stages ponctuels en passant par des cours hebdomadaires.

A partir de 2010, la compagnie tourne plus largement, mais c’est grâce au soutiens des Théâtres et festivals Régionaux, de la Ville de Nantes, du département de Loire Atlantique et de la Région des Pays de la Loire que les nouvelles créations peuvent voire le jour. Chaque année des projets d’actions culturelles sont mis en place en lien avec les créations ou selon des commandes d’acteurs locaux.

Une danse contemporaine accessible

Bobaïnko défend un art chorégraphique « populaire » au sens noble du terme (qui appartient au plus grand nombre). Ses pièces utilisent principalement la transformation, le détournement de fonction, l’humour, le 2nd degré et la dérision comme vecteur de ces différents propos. Des pièces peuvent être légères en apparence, et parler des choses qui touchent profondément.

La compagnie travaille à mettre en scène et en danse la vie courante, la vie de tous les jours. Bobaïnko a le goût des petits riens de la vie, des objets, des manies, de l’envers du décor, des dessous, du mineur, du « moche », du palpable…

Elle emprunte des situations, des expériences que tout à chacun connaît de près ou de loin. Elle chaparde des bouts de vie, des fantasmes collectifs, aspirations et frustrations, des rêves…

Elle presse le quotidien pour en extraire un mécanisme, un fonctionnement, un geste, un mouvement.

Toute cette matière première humaine devient prétexte à créer la poésie chorégraphique de Bobaïnko.

Danse et Art Plastiques

Domitille Blanc, étudie pendant 5 ans à l’ecole des Beaux-Arts de Nantes. Elle y mène une recherche basée sur le corps et l’objet. Elle fabrique elle-même sa matière métallurgique et la met en lumière par la danse.

Elle confronte des univers par définition opposés: le monde ouvrier traditionnellement masculins, pour la fabrication d’objets et de dispositifs en métal, et le milieu de la danse considéré comme étant très féminin.

Des machines à danser surgissent, des machines qui tentent de repousser les limites du corps, et de lui ouvrir, grâce à la contrainte, la possibilité d’exploirer de nouvelles libertés.

Historique

L’association Bobaïnko est créée en 2000 par Vanessa Morisson et Sophie Nyss.  C’est une association Loi 1901. Bobaïnko créé plusieurs courtes pièces (Des poussières et…, Chrysalide, Incidences (prix Initiative Ville de Nantes 2001), Tekoar, Silence). L’association a alors pour vocation de métisser les différentes formes d’expression artistique, et plus particulièrement la danse hip hop et la danse contemporaine. L’association est un lieu de passage et d’échange entre plusieurs danseuses dont Julie Pavageau, Stéphanie Naud…

En 2005, le collectif Bobaïnko, alors constitué de Vanessa Morisson, Aurélie Burgeot et Domitille Blanc, créé une Trilogie sur les Femmes. TA GUEULE ET DANSE! sort en 2005, TA FEMME EN KIT en 2006 et TA MERE EN MIEUX en 2008.

En 2010, Domitille Blanc reprend les rênes de la compagnie qu’on lui confit et signe seule sa première création 18OOO GRAMMES.

C’est un retour à ses premières amours et à son parcours de plasticienne. Elle construit deux jupes en acier de 18 kg pour chorégraphier  un duo féminin  questionnant la relation à l’objet, à la contrainte et la relation danse et arts plastiques. Cette pièce sort d’abord en version Rue puis est recréé pour être jouée au plateau en 2011. Ce duo donne lieu a plus 60 représentations.

En 2015, elle crée de nouveau autour d’un objet, mais cette fois-ci, du passé: un pupitre d’écolier des années 50.  Domitille a une attirance et une fascination pour les années passées.  C’est dans la nostalgie d’une époque qu’elle n’a pas vécue et de relations humaines fantasmées, qu’elle puise son inspiration. Reste assis… met en scène l’improbable rencontre d’une femme des années 50 et d’un homme d’aujourd’hui, ultra connecté. Cette création interroge la qualité et l’authenticité des rapports humains à une époque où nous sommes collés à nos écrans. Ce duo est créé en Rue puis en Salle en 2016 et a donné lieu à plus de 65 représentations .

Bobainko